Influences Grecques et Romaines dans la représentation de Bouddha 15 février 2018

Conférence le jeudi 15 février à 18h30, Hôtel des Sociétés Savantes, 1 place Bardineau, « Influences grecques et romaines sur les représentations du Bouddha par Françoise Cartau, Déléguée régionale de l’Union Bouddhiste de France, qui nous dit

 » Représenter ce qui ne saurait…  l’être

Images et icônes du Bouddha…

De nos jours, saturés par les images, nous avons l’impression qu’elles sont le prolongement intégrant de nos univers. Presque toujours profanes, elles ne sont plus que trés rarement des icônes mais occupent jusqu’à la satiété notre espace quotidien…

Nous en oublions souvent qu’à son origine l’image/icône occupait une fonction plurielle non seulement pédagogique mais aussi quasi sacramentelle car elles tissaientt alors les liens entre les humains.

Pourquoi donc avoir choisi particulièrement de nous en aller précisément jusqu’au nord – ouest du sous continent indien et qui plus est à une époque tellement lointaine, lourde de quelques vingt siècles?

Tout simplement parce qu’il s’est trouvé être alors le lieu d’une rencontre exceptionnelle, le creuset d’une fusion entre deux mondes: l’Orient et l’Occident dans une diversité somptueuse: héritage d’Alexandre le Grand, de la Perse, des Parthes et des peuples Kushan venus des steppes de l’Asie auxquels l’empire indien du grand Asokha vient mêler ses richesses en une osmose que ne connaîtra jamais plus l’art indien.

Chacune des composantes révélant par ses traits communs ou spécifiques ce besoin inhérent à l’humanité de donner une forme visible aux fondateurs d’une religion. En effet, loin de s’interposer, de créer des barrières, cet art du Gandhara entraine les fidèles dans sa vénération, les introduit à la communion envers ce que l’on ne saurait représenter.

C’est peut-être à cette tentative de représenter l’inaccessible que nous devons les chefs d ‘oeuvre des différents Bouddhas de l’art gréco hellénique ».

Comme  d’habitude la conférence sera suivie du buffet pourvu par les uns et les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire